Créer un comité de résidents et de proches aidants

Les quelques 1700 résidences privées pour aînés n’ont pas toutes un comité de résidents et de proches aidants. Plusieurs se privent d’un outil indispensable pour assurer le bien-être de leurs aînés. Certaines RPA s’y refusent car un tel comité semble empêcher la récolte de profits parfois, exorbitants. Pourtant, les RPA qui supportent un comité en retirent des bienfaits à plus ou moins long terme, ne serait-ce que dans le recrutement de la clientèle. En effet, un aîné avisé choisira une RPA ayant un comité actif plutôt qu’une RPA n’en ayant pas.

Il est reconnu que les aînés craignent les représailles et qu’il faut un grand courage pour aborder la création d’un comité lorsque le propriétaire s’y oppose. Sachez que le droit d’association est protégé par nos chartes. Nul propriétaire ne peut pas empêcher la création d’un comité. Il peut bien sûr l’ignorer, mais à quel prix? La collaboration a toujours été favorable à un climat optimal et augmente la satisfaction des résidents envers leur RPA.

Parmi les critères analysés pour le choix d’une RPA, l’aîné avisé vérifiera plusieurs points dont la présence ou non d’un comité actif. Il demandera les coordonnées du président, regardera des procès-verbaux des réunions du comité. Il sait qu’une fois aménager dans une RPA, il est difficile de la quitter ne serait-ce que les troubles imposés par un déménagement. Il faut donc bien réfléchir avant de signer un bail, poser les bonnes questions et aller chercher des réponses. Souvent, l’aîné est aveuglé par l’apparence d’un petit paradis sur terre. Lorsqu’il gratte un peu et qu’il découvre la réalité quotidienne, il pourra être déçu s’il n’a pas pris un temps de réflexion avant de signer.

Alors, pour les RPA qui n’ont pas encore de comité, que faut-il faire?

D’abord créer un noyau d’aînés favorable à la création d’un tel comité, trois à cinq aînés au départ, c’est suffisant. N’attendez pas que votre RPA soit en crise quelconque. Il est plus facile de faire accepter un comité par la direction si votre RPA va bien et réfutez l’argument que « tout va bien, nous n’avons pas besoin d’un comité » au contraire, c’est le temps de créer un comité dans l’harmonie.

À partir de votre petit noyau d’aînés, tentez d’en convaincre d’autres. Plus vous serez d’aînés désirant un comité, plus votre demande sera considérée. Présentez votre comité comme un outil pour le développement et le maintien du bien-être de ses résidents et de ses proches aidants. Il est toujours plus facile de corriger un petit problème que d’attendre à ce qu’il devienne impossible à gérer. Votre comité, ayant de bonnes relations avec ses propriétaires, pourra signaler des petits manquements sans froisser les administrateurs.

Certains comités sont même incorporés au registre des entreprises et ont une charte. Cela n’est pas nécessaire, loin de là. Un comité n’est pas un outil d’affrontement, au contraire, c’est un outil de développement qui grandit dans le respect mutuel.

L’ACROQ met à votre disposition un projet de règles interne d’un comité de résidents. Ce sont les règles du comité de résidents des Terrasses de la Fonderie à Drummondville. C’est un exemple que vous pouvez adapter à votre réalité. Aux Terrasses, le comité fonctionne dans l’harmonie depuis plusieurs années et tant les propriétaires que les résidents profitent de cette table de concertation pour être vraiment des « créateurs de bien-être ». Vous pouvez nous contacter si vous avez besoin d’aide pour créer votre comité. Allez sur notre site web https;//acroq.ca pour obtenir nos coordonnées.