Regrouper nos forces
La proportion des aînés dans notre société ne cesse d’augmenter. Plusieurs mesures favorisent le prolongement du maintien à domicile et retardent la prise en charge des aînés par l’État. Les résidences privées pour aînés (RPA) constituent une alternative intéressante. Il y a actuellement plus de 125 000 aînés qui vivent en RPA et ce nombre ne cesse d’augmenter. Selon les besoins et les capacités du futur résident, le choix de la RPA s’attardera sur les « extra » offerts par la résidence et sur le type de chambre ou de logement disponible car les RPA ne sont pas toutes pareilles. Certaines offrent des services adaptés aux résidents présentant de sérieux problèmes d’autonomie. D’autres n’acceptent que des gens autonomes et entre les deux, une multitude d’options. En gros, une RPA est un immeuble locatif auquel s’ajoute des « extras » permettant le maintien à domicile, monnayant bien sûr, un coût supplémentaire parfois très élevé.
Il n’existe pas, au ministère de la Santé et des Services sociaux, une grille tarifaire des services avec des prix plafonds ou un système de contrôle du coût de ces « extras ». Il y a donc de la part des propriétaires de RPA une possibilité et une plus grande facilité à demander des loyers qui surpassent démesurément leurs coûts d'exploitation. Soulignons que l’ACROQ (association des comités de résidents officiel du Québec) n’est pas là pour empêcher les propriétaires de RPA de faire des profits, elle est là pour obtenir l’ÉQUITÉ entre les prix exigés et les coûts d'exploitation réels.
Mais est-ce équitable que le Regroupement québécois des résidences pour aînés (un regroupement de propriétaires de RPA), a reçu du Ministère de la Santé et des Services sociaux un financement de 200 000$ (100 000$ pour chacun des mandats donnés à M. Stéphane Dion, lobbyiste-conseil)? ACTIVEZ LE BOUTON À DROITE POUR AFFICHER LA SOURCE DE CETTE INFORMATION
Ce regroupement (RQRA) est particulièrement actif auprès du gouvernement pour représenter uniquement les propriétaires de RPA sans tenir compte des besoins des résidents ou de leurs proches aidants. Le gouvernement et ses ministères n’ont qu’un son de cloche, ils n’ont pas le point de vue des résidents et des proches aidants. Il est temps que ça change.
L’ACROQ peut devenir cette force pour s’assurer que les résidents non-autonomes, avec ou sans proches aidants soient bien représentés et non isolés, que les résidents semi-autonomes et autonomes puissent transformer leur milieu de vie sans se ruiner, et ce, afin de créer du bonheur au crépuscule de leur vie. L’ACROQ se veut complémentaire, dans l’équité, aux RPA afin d’assurer un milieu de vie agréable et augmenter le temps du maintien à domicile. Notre association, vouée exclusivement aux résidents vivant en RPA, vient s’ajouter aux revendications exprimées par des organismes tel le Réseau FADOQ, l’AQRP ou l’AQDR.
Il vous appartient, résidents et proches aidants, de faire en sorte que l’ACROQ prenne son envol et intervienne auprès du gouvernement afin de garantir un milieu de vie équitable. Remplissez le formulaire d’inscription approprié et devenez membre actif de l’ACROQ. L’inscription est gratuite. Faites-vous le diffuseur de l'ACROQ et encouragez votre comité de résident et vos co-résidents à s’inscrire. Si en plus, vous désirez vous impliquer, dites-le, nous avons besoin de vos talents, de votre appui.
Cessons de plier l’échine, regroupons-nous pour faire valoir nos droits haut et fort.